Ta vie ne tient qu'à un noeud !

Philippe Ungerer (Le Crampon, Juin 1998)

 

Qu'on se lance dans un rappel, qu'on fasse un exercice de sortie de crevasse ou qu'on se vache sur un relais, on confie généreusement sa vie à une corde, une sangle ou à une cordelette. Sans parler des chutes, bien sûr.... Mais par quoi tiennent généralement ces filins ? Par un noeud d'encordement bouclé en quelques secondes au départ de la course; par un vieux noeud de sangle, un noeud de prussik, etc. Savoir faire des noeuds fiables est un gage de longévité.... or curieusement, cet art est parfois un peu négligé. Par exemple, quand on organise une soirée sur les noeuds à la perma, annoncée dans Le Crampon en temps et en heure, on se retrouve avec 4 ou 5 gumistes venus par hasard (expérience vécue en mars) . Contrairement aux apparences, ce n'est pas un sujet accrocheur ... Bah, essayons quand même d'aider le gumiste à se cultiver ...

Plutôt que d'ânonner le b a ba des noeuds d'emblée, laissez-moi commencer par un noeud anecdotique à destination de ceux qui ne seraient pas encore convaincus des vertus préventives de l'exercice. Plusieurs fois, j'ai été témoin du désarroi des débutants dans la réalisation du noeud de chaise : un brin de travers, et l'on se retrouve avec un entrelacs mal fagoté, difficile à serrer..... Par pitié pour les apprentis montagnards, il m'est arrivé d'être indulgent et de fermer les yeux sur une de ces boucles peu orthodoxes. Eh bien, chers amis, je le confesse humblement, j'ai fait preuve d'un coupable laxisme. Jugez-en vous mêmes et examinez attentivement le noeud qui suit, exemple de ces avatars :

 plus mauvais noeud du monde

Serait-ce un spécimen de noeud de chaise ?

 

Il y ressemble (voir n°2.1) mais ce n'est qu'un ersatz, très dangereux de surcroît : on l'appelle LE PLUS MAUVAIS NŒOEUD DU MONDE. Sa particularité est de glisser quelle que soit la façon dont on le prend (on engage le lecteur à essayer mais dans son salon seulement). De nombreux alpinistes se sont cru protégés par le sacro-saint noeud de chaise, sans voir qu'ils faisaient parfois ce noeud ! Imaginez-vous en rappel dans une paroi avec votre quintal de viande suspendu à la corde, et vous apprécierez la maxime incisive de votre professeur : "si vous trouvez mon enseignement difficile, essayez l'ignorance !".

 

L'art des noeuds est parfois un peu compliqué parce que nous demandons en fait des qualités contradictoires : un noeud idéal devrait être sûr, c'est-à-dire ne pas se défaire seul ... mais se laisser défaire civilement, même s'il a été très serré. On dit d'un noeud qui ne se laisse pas bien défaire qu'il se "souque" trop (il traîne beaucoup de vocabulaire d'origine maritime dans le monde des noeuds). La résistance du noeud, qu'on exprime en pourcentage de la résistance maximale de la corde, est aussi un critère important car selon les noeuds, elle varie de 50 à 85%. On voudrait bien sûr que le noeud soit simple à faire et, à l'exception des noeuds d'arrêt, qu'il ne prenne pas trop de place.... Ces souhaits de simplicité et de compacité ne sont pas toujours compatibles avec les exigences précédentes car elles aboutissent souvent à des noeuds comprenant plusieurs boucles.

 

Bon, j'espère que je n'ai traumatisé personne avec ce sermon, et que mes gentils lecteurs vont filer doux comme des agneaux maintenant, car on va reprendre les choses par le début. En commençant chaque fois par les noeuds les plus simples, on passera en revue successivement

 

Cet inventaire n'a pas pour but d'être exhaustif  : nombre d'autres noeuds trouvent leur utilité. Les 15 noeuds ci-dessus sont sans doute les plus utilisés et tout encadrant devrait savoir les vérifier chez les autres le cas échéant. Cela dit, certains de ces noeuds font double emploi (par exemple dans les noeuds d'encordement) et il n'est pas nécessaire en pratique d'employer soi-même plus de 8 ou 10 noeuds différents. Attention à un point général : pour qu'un noeud tienne, il faut toujours le réarranger, c'est-à-dire tirer dessus en veillant à ce que ses boucles se placent comme il faut. Le non-respect de cette précaution peut empêcher le noeud de tenir en cas de tension forte.

 

1. Noeuds d'arrêt

1.1 Noeud plat

noeud platC'est le plus simple des noeuds, qu'on fait souvent sans s'en rendre compte, par exemple après un noeud de chaise pour éviter qu'il se défasse, ou au début d'un noeud de sangle. Il vaut mieux ne pas l'utiliser comme noeud d'arrêt en bas d'un rappel car le noeud de huit, plus volumineux, est préférable.

1.2 Noeud en huit

noeud en huit Le plus utile des noeuds d'arrêt : vite fait, il est plus volumineux que le noeud plat et il est plus facile à défaire s'il a été très serré.

 

 

 

2. Noeuds d'encordement

2.1 Noeud de chaise

noeud de chaisenoeud de chaise (2)C'est un noeud très utile qu'il est indispensable de connaître. Son gros avantage est qu'il ne se souque pas (ou plutôt, pas trop!). Attention à bien rentrer dans la boucle du bon côté, sous peine d'obtenir le noeud très dangereux mentionné en début d'article !

 En encordement, il faut rajouter un noeud d'arrêt (noeud plat enserrant l'un des brins de la boucle) car le noeud de chaise seul peut se défaire ou au moins se desserrer. Pour ma part, je préfère le noeud de chaise double.

 

 

 

2.2 Noeud de chaise double

noeud de chaise double

La boucle double rend ce noeud très sûr et dispense de noeud d'arrêt. Du coup, c'est un noeud très compact par rapport à l'ensemble noeud de chaise + noeud plat ou par rapport au noeud en huit. Par ailleurs il ne déforme pas lors de la mise sous tension, et il a une meilleure résistance que le noeud de chaise simple. C'est le meilleur choix pour s'encorder ou pour se vacher au relais.

 

 

 

 

 

 

 

 

2.3 Encordement à la taille à plusieurs brins

à la taille avec trois brinsIl arrive que l'on doive assurer quelqu'un sans baudrier : si l'on a oublié ce dernier dans le coffre de la voiture, si l'on assure à Bleau, etc. Dans ces cas, une boucle simple autour de la taille peut sérieusement râper les côtes car la charge est très mal répartie. Le noeud suivant est une variante du noeud de chaise dans laquelle on enserre plusieurs brins, créant une sorte de ceinture plus confortable que la boucle simple. Attention à deux points : 1° les boucles doivent être bien serrées autour de la taille 2° vérifier que ce noeud ne se comporte pas comme un noeud coulant. Un noeud d'arrêt (non montré sur le croquis) est vivement recommandé.

 

 

 

2.4 Noeud en huit d'encordement

encordement en huit (1)encordement en huit (2)encordement en huit (3)Si l'encordement se fait directement dans la boucle du baudrier (a-c), le principe de ce noeud est comparable au noeud de sangle : on fait un noeud en huit sur un brin, que l'on passe dans le baudrier, et l'on fait suivre à ce brin exactement le même trajet en huit au retour qu'à l'aller. Si l'encordement se fait sur mousqueton, on met simplement un mètre de corde en double, on fait un noeud en huit et l'on crochète le mousqueton dans la boucle.

Le résultat est un noeud très sûr (il ne nécessite pas de noeud d'arrêt) mais qui présente à mon avis deux défauts : 1° quand on le met sous tension ce noeud se déforme beaucoup avant de se souquer ; si vous venez de tomber dans une crevasse cela remonte de 15 cm le début de la corde libre où vous pouvez frapper votre prussik ou votre machard.... 2° ce noeud est volumineux et fait une boule gênante sur le ventre. Le noeud de chaise double me semble bien préférable pour s'encorder.

2.5 Noeud de milieu de corde

C'est un noeud d'apparence compliquée mais qui est en fait très simple à faire en milieu de corde, et de résistance très honorable, quel que soit le sens dans lequel tire la corde. Très utile pour celui du milieu en encordement à trois (cas courant sur glacier).

milieu de corde (1)a. faire trois tours autour de la main puis un demi-tour en revenant en arrière

 

 

 

milieu de corde (2)b. prendre la boucle la plus à droite puis, après l'avoir agrandie, la faire passer dans les trois précédentes, de gauche à droite

 

 

 

 

milieu de corde (3)

c. réarranger le noeud, c'est fini.

 

 

 

 

 

 

 

3. Noeuds servant à joindre deux cordes bout à bout

3.1 Noeud de pêcheur double

Ce noeud est surtout utilisé pour faire des anneaux de cordelette, mais parfois aussi pour rabouter deux cordes de 40 m afin de constituer un rappel. Il n'a aucune chance de se défaire tout seul et sa résistance est excellente.

pêcheur double (1)                         pêheur double (2)

 

pêcheur double (3)c. retourner le montage et faire le même noeud avec l'autre brin

 

 

pecheur double (4)d. une fois le noeud réarrangé et serré vérifier qu'il a bien son aspect régulier caractéristique

 

 

3.2 Noeud de sangle

Le principe de ce noeud consiste à faire un noeud plat avec l'un des brins, et à faire suivre à l'autre brin exactement le même chemin en sens contraire. Il est utilisé principalement pour constituer des anneaux de sangle. Comme il se souque assez fort, il tient bien et n'a pas besoin de noeud d'arrêt, pourvu qu'on laisse assez de sangle dépasser de chaque côté.

sangle (1)
a. faire un noeud plat sans vriller la sangle

 

 

sangle (2)
b. faire suivre au deuxième brin le trajet du premier, bien à plat sur celui-ci

 

 

 

sangle (3)c. tirer très fort sur le noeud pour le serrer en laissant 5-10 cm dépasser de part et d'autre

 

 

 

3.3 Noeud d'écoute double

écoute doubleCe noeud est identique au noeud de chaise double et se fait de la même façon. Il possède les mêmes avantages de résistance et de sûreté. C'est de plus le seul noeud possible pour rabouter des filins de diamètre très différents (il est vrai que ça arrive plus souvent en mer que sur les sommets).

 

3.4 Noeud d'écoute simple

écoute simpleIdentique au noeud de chaise et donc souvent utilisé, ce noeud est mentionné pour mémoire car il a des inconvénients importants ( faible résistance, se défait parfois tout seul, risque d'erreur débouchant sur le "plus mauvais noeud du monde") que ne compense pas sa simplicité. Préférer le noeud d'écoute double.

 

 

4. Noeuds de remontée sur corde fixe

 

Avertissement :ces noeuds ne permettent en aucun cas d'assurer quelqu'un. S'ils encaissent une chute importante, la chaleur dégagée par le frottement corde sur corde fait fondre la cordelette....

 

4.1 Noeud de prussik

Ce noeud se fait exclusivement avec un anneau de cordelette de diamètre moitié de celui de la corde fixe, autrement la cordelette est trop rigide par rapport à la corde et l'accrochage se fait mal. Il a la réputation, à mon avis injustifiée, d'être difficile à débloquer. Pour bien le faire coulisser : 1° attention à ce que les brins soient toujours régulièrement disposés dans l'ordre du schéma 2° tirer sur la boucle dans le sens de la flèche (F) pour débloquer le noeud et le faire coulisser sur la corde

prussik (1)      prussik (2)

 noeud de prussik

 

 

 

En général le noeud à quatre brins ci-dessus suffit. Pour avoir une meilleure tenue on peut faire un tour de plus afin de former la variante à six brins :

 

 

 prussik à trois tours

 

4.2 Noeud de machard

Ce noeud est très facile à réaliser, il ne se bloqiue pas après avoir été mis en charge et il est bidirectionnel comme le prussik. Les brins pris dans le mousquetons doivent être aussi courts que possible. Très efficace sur corde sèche, ce noeud perd de son efficacité sur corde mouillée.

machard (1)machard (2)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

5. Noeud de munter ou de cabestan

Ce noeud est très utile pour assurer sur mousqueton en l'absence de dispositif spécial. Attention à ce que le brin libre sorte bien du côté opposé à la porte du mousqueton pour qu'il ne puisse pas s'échapper. Un avantage important de ce noeud est qu'il se fait facilement en milieu de corde (former le noeud autour du doigt et crocheter le mousqueton à la place du doigt)

 

6. Noeud de chaise de calfat

Très sûr, pourvoyant deux grosses boucles, rapide à faire : c'est le noeud qu'il faut lancer à quelqu'un en difficulté, afin qu'il puisse s'y agripper et éventuellement y mettre ses jambes

 

 

 

Et maintenant, à vous de nouer !

You have no rights to post comments